Support clients fr

  • France & Reste du monde +33 (0)9 77 42 37 04
  • Belgique +32 42 90 00 79
  • Luxembourg +352 27 86 11 39

Conseils scientifiques

  • Sandra Cascio

    Sandra Cascio

    Nutrithérapeute Cerden
    Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, ULg


    Lundi au vendredi de 14h00 à 16h30

    +33 (0)3 66 88 02 34 (France)

    +32 42 90 00 72 (Reste du monde)

  • Fabien Piasco

    Fabien Piasco

    D.E.S.S. en nutrition Alimentation fonctionnelle et santé (U. Laval, Ca)
    D.U. Nutrition et maladies métaboliques (U. Rennes I)
    Diététicien D.E. / Diplômé en neuro-nutrition (SiiN)


    Lundi et jeudi : 9h00 à 19h00
    Mardi : 14h00 à 19h00
    Vendredi : 9h00 à 12h00

    +33 (0)4 85 44 01 24

Contactez-nous — Une équipe à votre service

 

Nos clients nous demandent souvent pourquoi ils ne nous retrouvent plus sur les salons et foires bio à Paris ?

Voici ma réponse : Nous considérons Paris comme une ville dangereuse suite aux habituelles violences policières de la police française, comportements violents et démesurés que nous avons pu constater lors des manifestations diverses à Paris, et surtout suite à l’immunité dont bénéficient les forces de l’ordre française de la part de ses autorités et juridictions pour LEURS comportements que je considère graves, délictueux et dangereux, amenant à des risques de handicaps permanents et même de mort. J’ai donc décidé, moi, marco pietteur, de ne plus risquer l’intégrité de mes collaborateurs et nous ne participerons plus à des foires ou salons bio/santé à Paris tant que cette situation, ces comportements policiers et cette immunité complice de leurs autorités perdureront.
Nous avons vécu des comportements policiers inadéquats, nous en avions fait part à l’ambassade de France en Belgique, celle-ci nous a répondu qu’elle était « désolée »… Nous NE sommes pas satisfaits de cette pauvre réaction !

— Février 2020

Les réactions des policiers français sont définitivement des réactions dangereuses : cliquez-ici.

Regardez la vidéo --> Nouvelle doctrine de maintien de l'ordre : « Une atteinte grave à la liberté de la presse »